bcazeau
Sénateur de la Dordogne

L'avenir des maisons de l'emploi passe par une meilleure répartition des dotations de l'Etat.


Rédigé le Vendredi 15 Décembre 2017 à 14:56 | Lu 17 commentaire(s)


Monsieur le Ministre, Monsieur Jean-Jacques de Peretti,

J’ai bien reçu votre courrier du 15 novembre 2017 et je vous remercie de m’avoir alerté sur les conséquences que pourraient avoir les dispositions de l’article 29 Etat B du projet de loi de finances pour l’année 2018 sur la situation financière des maisons de l’emploi (MDE) à l’avenir. Le Sénat est revenu sur la décision du gouvernement de réduire par deux les fonds dédiés aux MDE, en rétablissant à hauteur de 21 millions d’€ ses crédits pour l’année prochaine, le lundi 4 décembre dernier en séance.


Je ne suis pas sûr que ce revirement soit de nature à faire réellement progresser le débat au sujet des MDE. En effet, depuis quelques années, la question de sa pertinence est récurrente, lors de la discussion du budget. Il est à noter, pour l’historique, que celles-ci ont été créées en 2004, alors que l’Unédic et l’ANPE n’avaient pas encore fusionné pour créer Pôle emploi et que les outils numériques d’aide à la recherche d’emploi étaient moins développés qu’à l’heure actuelle.
 
L’ensemble des réformes structurelles et de dispositifs intervenus depuis ont réduit le besoin de services fournis par ces maisons. En outre, et c’est peut-être le plus important, des évaluations ont montré que les performances de ces dernières sont très inégales sur le territoire. Certaines peuvent mener une action concertée et utile avec les acteurs locaux de l’emploi, comme en Dordogne, tandis que beaucoup d’autres n’apportent pas réellement de valeur ajoutée et contribuent à la dispersion des moyens du service public de l’emploi. L’arbre ne doit pas cacher la forêt.
 
Le choix du gouvernement pour 2018 a été de réduire l’aide à ces maisons, afin de permettre un retrait progressif de l’État, selon un plan d’action à définir dans les territoires, en lien bien sûr avec les collectivités territoriales et les MDE . Cette réponse correspond à un transfert aux collectivités territoriales et aux autres collectivités. On ne peut à cet égard s’interroger sur la méthode choisie, sans qu’il ait été mené au préalable une réflexion sur l’avenir de ces structures. Nous l’avons dit.
 
Le dernier mot reviendra à l’Assemblée nationale sur ce sujet. Nous avons suggéré au Gouvernment plusieurs pistes innovantes comme une nouvelle répartition des crédits budgétaires à travers une sélection fondée sur des critères précis et quantifiables, tels que le respect des engagements et la cohérence territoriale des politiques de l’emploi en complémentarité avec Pôle emploi et tous les acteurs des territoires, dont les entreprises, ou encore diversifier les modes de financement.
 
Demeurant à votre disposition,
 
 
Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mes salutations distinguées.
 
 
 
Bernard CAZEAU
Sénateur de la Dordogne
 



Partager ce site

Inscription à la newsletter